Samuel DOUGADOS

Samuel DOUGADOS

Samuel DOUGADOS« Je suis un artiste autodidacte de 37 ans vivant à Biarritz. Depuis longtemps je matérialise mes émotions en œuvres diverses. Dans cette démarche j’ai commencé par l’écriture puis la peinture, la sculpture, l’art environnemental et le land art.

Inspiré par l’art contemporain, le street art et la nature, je suis aujourd’hui plus connu pour mon travail en extérieur ou j’essaye d’intégrer mes œuvres dans la nature et la nature dans mon travail afin d’établir un dialogue entre eux, se mettant en valeur mutuellement.
J’essaye de trouver et créer une interaction entre l’oeuvre et la nature et l’oeuvre et son public.

Conçu notamment pour le beach art et ses photos, sorte de graffiti éphémère fait au râteau sur les plages découvertes à marées basses, je travaille également sur des installations ou des sculptures plus importantes.

J’ai pu intégrer la galerie Spacejunk fin 2006 pour plusieurs expositions collectives, en 2008 je découvre le beach art et décide de me consacrer uniquement à l’art après la perte de mon emploi.
J’expose mes premières photos en 2009 à la galerie Détail, en 2010 je participe à la foire de la photographie contemporaine Révélation 4 à Paris, en 2011 je remporte les 1er championnats du monde de beach art à Jersey (sans que cela n’ait une grande valeur puisque le jugement d’une oeuvre est subjectif).

Mes photos sont exposées par la galerie Culture Inside au Luxembourg, au festival de la photo de mer à Vannes, je participe régulièrement à des festivals d’art environnemental avec des installations extérieures et travaille avec d’autres artistes ou disciplines comme des musiciens, des danseurs…

Mes photos de beach art sont la deuxième étape d’un travail qui commence sur la plage, à marée basse par fort coefficient. Souvent improvisées, mes fresques peuvent être également géométriques, cherchant la beauté et l’harmonie générale ou plus explicites, parfois, par le biais d’un dessin figuratif ou directement une phrase écrite.

Dans ma photo, j’essaye de raconter une autre histoire, parfois juste avec un détail, saisir un instant, et donner plus de poésie à l’image en créant ainsi une deuxième oeuvre, pérenne cette fois.
Elles sont imprimées ensuite, pour celles en couleur, sur de l’aluminium brossé qui apporte une texture et une luminosité particulière qui donnent vie à cet instant éphémère. »